Une semaine de folie dans la région de Baños !

Regonflés à bloc par notre petit séjour à Isinlivi au grand vert (ça, on vous l’a raconté ici : CLICK), on se sent d’attaque pour de nouveaux challenges !

Tout d’abord, frustrés de n’avoir pu grimper le Cotopaxi (il y avait de la neige le jour où on s’est pointés à l’entrée la première fois et on s’était dit qu’avec les enfants, on allait moyennement apprécier la promenade…), nous retentons notre chance ! On a trop envie de voir ce volcan qui culmine à 5887 mètres d’altitude. Il fait moche mais on croit en notre chance… le volcan va sûrement se découvrir à notre arrivée ! (Ouais parfois, on se fait des petits trips comme ça haha !)

Ohlala c’est pas gagné. Arrivés en bas, c’est tout couvert. Heureusement qu’on croise un mini-toutou trop chou et de beaux chevaux sauvages… Allez les petits chats, ça va être sympa ! On n’a jamais fait d’ascension de volcan ! Et si on arrive au premier refuge à 4864 mètres, on aura droit à un bon chocolat chaud ! (L’argument reçoit un accueil tiède. Il fait froid, il y a du vent, on se caille malgré nos multiples couches, nos gants et nos bonnets !). Brouillard et pluie fine bouchent la vue sur le volcan… hum hum, dans quoi on s’est embarqués !

Après les premiers lacets sur fond de ronchonneries, sans trop y croire, on voit les nuages se dissiper et le volcan révéler son majestueux sommet enneigé dans le ciel bleu ! Bam ! On le savait haha ! Trop contents, on arrive au refuge tout fiers d’avoir persévéré ! Allez hop, on fête ça avec un choco (du Yop plein les babines pour certains !). La descente est beaucoup plus facile : il faut juste se laisser glisser dans le sable volcanique !

Pour les voyageurs qui passeraient dans le coin, inutile de prendre un guide (même s’ils vous disent que c’est obligatoire et que la loi l’oblige pour les étrangers « pour des questions de sécurité » ! (les Equatoriens, eux, ils assurent leur propre sécurité…). Bref, c’est de l’intimidation. Mais on a croisé plusieurs backpackers qui sont entrés sans guide. Ça économise quand même 50 dollars. Encore moins utile de prendre un tour à Latacunga ou Quito ! Le bus (1 dollar 50 de Latacunga) vous dépose pile poil devant l’entrée où sont les taxi-guides… il faut en revanche marcher pas mal pour arriver jusqu’à l’arrivée… ou avoir du bol en stop !

Étape 2, fiers de nos loulous qui ont encore assuré comme des bêtes, nous nous dirigeons vers la ville de Baños, une ville où il pleut depuis 10 jours… mais on est capables de défier la météo, non ?

Premier jour « pépère »… On prend un bus pour la Casa del Árbol, une cabane tout en haut de la montagne sur laquelle est suspendue une grande balançoire pour pouvoir s’élancer dans le vide… au-dessus de la forêt tropicale ! Sensation démente ! On est dans la brume, on devine les arbres, là, dans le vide, sous nos pieds. Après le grand saut, on se sent comme dans un rêve avec ce décor cotonneux un peu surréaliste. Espérons qu’elle est bien accrochée quand même la balançoire parce que, ahhhhhhh ! C’est haut !!!

Louis est le premier à vouloir tester la balançoire des grands qui est trop « daaaaaar ! », créant un embouteillage d’enfants derrière lui. Nine et Armand ne tardent pas à venir tenter l’expérience !

Armand papote avec Martín, le mignon petit singe qui a squatté l’arbre d’à côté !

Nine fait son premier tour de tyrolienne en criant « mamaaaaan » comme si je pouvais stopper le truc ! (C’est fou, les enfants prennent vraiment les parents pour des supers héros !!! Tu crois vraiment que je vais me mettre en travers de la tyrolienne partie à toute berlingue pour la stopper ?!). Bon bien sûr, passé le premier stress, Nine en redemande !

Bref, tout le monde s’éclate à fond sur les structures !

Redescente à pied vers le village. On en profitera pour observer le paysage sur les miradors, hein ? Ben non en fait, car le temps reste cotonneux. A la place de jolis paysages, un chemin boueux au milieu de la forêt tropicale comme dans Indiana Jones (faut bien trouver de quoi enjoliver un peu le truc pour maintenir la bande motivée !).

Étape 3, si on tentait la tyrolienne ? Nous voilà partis au milieu de la forêt tropicale pour effectuer 6 sauts de folie à 100 mètres au-dessus du sol. On a vu que ça allait crescendo (la première tyrolienne ne fait « que » 150 mètres de long) donc on se dit qu’on devrait y arriver nickel ! Arrivés au premier spot, Louis y va sans hésiter en hurlant que c’est super stylé ! Thibaut s’élance en deuxième, pas hyper hyper rassuré. Armand trépigne d’impatience et se lance dans le vide trop heureux. Et heu… moi je dois prendre Nine dans les bras (accrochée également à la tyrolienne, je vous rassure). Entre excitation et effroi, m’efforçant de faire bonne figure pour Nine qui croit que je maîtrise la situation, je dis gooooooo ! Moment fantastique avec mon petit koala dans les bras qui me regarde l’air de dire « tu vois ce que je vois ? ». Oui ma puce, je sais, c’est dingue, on est au-dessus du vide arghhhhhhh ! Les yeux dans les yeux, serrées l’une à l’autre, on fait notre plus folle traversée ! Arrivées de l’autre côté, Nine s’écrie : ENCORE ! On fera encore 5 sauts de dingue au coeur de cette forêt tropicale magnifique ! Magique !

Étape 4, tous à bicyclette pour la ballade des cascades ! Les garçons vont rouler au plus proche des cascades histoire de bien se mouiller. Nine est peinard, confortablement installée sur un siège derrière Thibaut, pendant que nous, on galère dans les montées. Bon en fait c’est surtout moi qui galère ! Je ne sais pas d’où ils sortent leurs muscles les autres ! (A moins que j’aie un vélo moins performant ? Haha !). Petites cascades sympas tout le long de la route et à l’arrivée : l’impressionnante cascade du diable. Carrément spectaculaire ! On ressort tout trempemouillés, comme dirait Nine, mais ça vaut vraiment le détour.

img_4863.jpg

Pour ceux qui voudraient tenter la ballade : le chemin à vélo n’est pas dingue : quasiment que de la route bétonnée avec de gros camions qui passent. A part les enfants qui étaient sur-ex de faire du vélo, on n’a pas adoré. Notre conseil : aller visiter la cascade du diable en bus et trouver une autre rando plus sauvage à faire en vélo !

Bref, semaine de dingue ! On va pouvoir aller se poser un peu aux Galapagos !

Voici cette semaine résumée en images, sur la musique Never Give Up du film Lion (oui on sait, les sonorités du coup sont franchement indiennes mais bon on l’adore cette musique !)

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Mehdi dit :

    Vous êtes magiques ! Continuez à nous faire rêver. Gros bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Jalon dit :

    P…tain quel délire !!! Quel kifff ! Et à votre retour, vous inscrivez les enfants à Koh Lanta ou à un Ironman 😂😂😂 Toujours top de suivre vos aventures. Nous partons nous à 5 à Cuba pour le mois d août !! yooooohhhh vive les voyages familiaux !

    Aimé par 1 personne

    1. Et hop ! dit :

      Hahaha mais nous aussi on adore vous lire !
      En rentrant, on hésite entre le GR20 et les Dolomites 🤣 et on invite les Jalon pour qu’ils nous filent leurs tuyaux sur Cuba qui pourrait bien être une prochaine destination 🤩🤩🤩
      Éclatez-vous bien !!!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s